Des abeilles (bien) installées à l’Aérodrome des Ardennes - Étienne Riché

Au printemps dernier, le Conseil départemental avait lancé un appel à projets pour permettre la pose de ruches sur le domaine de l’aérodrome des Ardennes - Étienne Riché, dont il est propriétaire. Deux mois après son installation, l’apiculteur retenu, David Gilloux, dresse un bilan plus que positif de cette première implantation. 
 

Engagé dans une démarche de soutien à la filière apicole et de préservation de la biodiversité, le Conseil départemental avait initié cette démarche en lien avec le Parc Naturel Régional des Ardennes, via un appel à projets, pour permettre la pose de ruches sur le site de l’Aérodrome des Ardennes - Etienne Riché. David Gilloux, le candidat retenu par le Conseil départemental, a installé 20 ruches à la fin du mois de mai. Et malgré la météo contraignante de ces dernières semaines, les récoltes s’annoncent prometteuses, signe d’une première implantation réussie : « Je suis agréablement surpris, chaque colonie m’a permis d’obtenir 10 kg de miel !, s’enthousiasme l’apiculteur. Je pense même que le rendement est meilleur que sur mes autres ruches. Alors qu’avec le gel durant la nuit, la végétation qui a 2 mois de retard, les conditions météos de ces dernières semaines n’étaient pas propices. Donc au bout de deux mois à peine, c’est un bilan plus que positif ! »
Pour Quentin Noaillon, Chargé de coordination des grands projets au CD08, « Ce projet permet à la fois de soutenir la filière apicole, en grande difficulté, mais aussi de valoriser les propriétés départementales. Et d'un point de vue environnemental, l'implantation réussie des abeilles traduit la richesse des surfaces de délaissés de l’Aérodrome. On est vraiment dans un projet gagnant-gagnant. »  

1 million d’abeilles et des reines

Le terrain des abeilles se situe sur une partie des 120 hectares de terrain autour de l’aérodrome. Le Département avait repéré en amont les zones d’implantation possibles, David Gilloux a lui-même choisi l’emplacement de ses ruches après avoir étudié la biodiversité autour : « Avant de répondre à l’appel à projets du Département, j’ai fait une étude pour estimer les ressources à proximité. Il y a une belle biodiversité tout autour, notamment des érables ou des saules, que les abeilles adorent. Elles sont bien installées ici, à la fois tranquilles et à l’abris. »
Chaque colonie abrite environ 50.000 individus, ce qui veut dire que près d’1 million d’abeilles sont installées sur le site de l’aérodrome. L’apiculteur a également développé une activité d’élevage de reines pour assurer son autonomie mais aussi pour répondre à la demande de professionnels ou d’amateurs ardennais.
Installé à Lonny, il possède actuellement 160 ruches et souhaiterait monter en puissance : « Pour obtenir le statut de chef d’exploitation et être considéré comme un apiculteur professionnel, il faut que je dépasse les 200 ruches. Avec l’élevage de reines, je pense y arriver rapidement. Mon objectif serait même de créer 400 colonies par an. »
David Gilloux devrait pouvoir faire une nouvelle récolte d’ici une quinzaine de jours. Il sait qu’elle sera de petite taille mais prometteuse. Pour autant, les Conseillers départementaux présents (Odile Berteloodt, Thierry Maljean et Michel Normand, par ailleurs maire de Belval) ont déjà des pistes pour les futures récoltes ; « Plutôt que de le commercialiser, le miel récolté pourrait alimenter des structures du CD08, par exemple les collèges. Pour le coup, on est totalement dans le circuit-court », assure Odile Berteloodt.  

Retour en images
A l'intérieur des cellules fermées, des larves sont en formation
Une colonie d'abeilles est composée d'une reine, d'ouvrières et de mâles.