Cycles Mercier à Revin : le Président du Conseil départemental Noël Bourgeois réagit

Noël Bourgeois, Président du conseil départemental, réagit suite à l'annonce du désengagement de l'Etat dans le financement du projet d'implantation des Cycles Mercier à Revin.

"L’annonce par l’Etat de son désengagement dans le financement du projet des Cycles Mercier est un véritable coup dur pour les Ardennes en général et pour la commune de Revin en particulier.

Très durement touché par le chômage, avec un taux deux fois supérieur à la moyenne nationale, Revin a subi une très forte désindustrialisation qui s’est traduite par une importante baisse démographique depuis 1970.

L’annonce officielle du soutien de l’État au projet des Cycles Mercier, faite sur site par la Ministre Jacqueline Gouraud en mars dernier, a fait naître de nombreux espoirs parmi la population, avec la perspective non négligeable de 270 nouveaux emplois créés.

Aujourd’hui, la décision unilatérale de l’État est un véritable gâchis qui aura des conséquences humaines importantes pour tous ceux qui ont retrouvé l’espoir d’un emploi, pour un territoire auquel on a promis le retour de la croissance et pour toute une population qui, une fois de plus, se retrouve en proie à l’inquiétude et la détresse après des promesses non tenues.

Face à cette situation, le Conseil départemental des Ardennes attend de l’État non pas de simples compensations financières à la hauteur des 6 millions d’euros promis pour le dossier des Cycles Mercier mais bien un véritable engagement dans l’arrivée d’un ou plusieurs projets à Revin, à la hauteur de l’espoir suscité précédemment.

L’État doit mobiliser tous ses moyens et toutes ses ressources pour soutenir et accompagner ce territoire qui n’a déjà que trop souffert et dont les habitants espèrent aujourd’hui un véritable redémarrage économique."