Voie verte Sud Ardennes : l’aménagement des nouveaux tronçons a débuté

Après l’ouverture des premiers kilomètres cet été, les travaux d’aménagement de la Voie verte Sud Ardennes ont repris en début de mois. Afin de respecter et préserver l’environnement autour du tracé, ces travaux se déroulent essentiellement entre septembre et mars. Le point sur le secteur n° 3, entre Givry-sur-Aisne et Ambly Fleury.

9h30, ce mercredi 14 septembre. Entre Givry et Ambly-Fleury, Ophélie Delamarre, chargée de projets à la Direction Programmation et Etudes Routières et responsable du chantier de la Voie verte Sud Ardennes, et Frédéric Boutin, laborantin, participent à la réunion de chantier hebdomadaire avec le chef de chantier d’Eurovia, le prestataire retenu pour procéder aux travaux sur ce tronçon. Pose d’enrochements ou de tranchées drainantes, opérations de terrassement ou d’élargissement, les échanges avec Thomas Marbaix, le chef de chantier chez Eurovia, sont plutôt techniques.

Organiser et anticiper

« Les réunions hebdomadaires permettent d’échanger, de suivre l’évolution du chantier, et de lever des points d’arrêts, détaille Ophélie Delamarre. C’est important, surtout quand on doit s’adapter au gré des aléas, notamment en ce qui concerne la météo. Car beaucoup d’interventions nécessitent un temps sec et sans pluie. Par exemple, un épisode pluvieux la veille aura pour conséquence la formation de boue qui ralentira la progression des gros engins de chantier. Dans ces cas-là, il faut d’abord renforcer la structure pour permettre le passage des camions qui, chargés, peuvent atteindre plusieurs dizaines de tonnes ! »

Pour anticiper au mieux et préparer le calendrier des interventions des entreprises prestataires, Ophélie Delamarre a contacté Météo France pour connaître les tendances dans les prochaines semaines. « A priori, pour septembre et octobre, on devrait avoir un temps sec avec des températures plus hautes que les normales. Ce qui est très bien pour les travaux qui vont se dérouler ! »

Comme en 2021/2022, entre septembre et mars, Ophélie Delamarre se consacre pleinement au chantier de la Sud Ardennes. « Entre les réunions hebdomadaires sur les 4 secteurs, la partie bureau qui prend elle aussi pas mal de temps, le suivi de ce chantier occupe désormais les deux tiers de ma semaine ! Heureusement, je peux compter sur mes collègues pour m’épauler, à commencer par Christophe Ruelle, qui prend le relais lorsque c’est nécessaire, Dominique Valsesia, qui élabore tous les plans techniques, ou bien encore Elodie Campagnolo, qui m’aide énormément pour la partie administrative et financière. Et puis il y a aussi les agents des TRA : actuellement, je sollicite ceux de Rethel qui sont prêts à me prêter des panneaux de signalisation si besoin ou à stocker temporairement du matériel. On commence à bien se connaître, maintenant ! »

Un chantier d’envergure mené en concertation

Cette deuxième phase du chantier de la Sud Ardennes prévoit de boucler les 55 derniers kilomètres. Concernant le tronçon Givry / Ambly-Fleury, le tracé emprunte des chemins communaux. Dès lors, des réunions ont régulièrement été organisées avec les mairies concernées pour tenir compte de leurs besoins, notamment en ce qui concerne le passage d’engins agricoles. Plusieurs propositions leur ont été faites, jusqu’à valider, en concertation, le tracé définitif. Et lorsque le tracé suit les courbes des canaux, l’interlocuteur est Voies Navigables de France (VNF).

La portance, pour déterminer la structure de chaussée

Frédéric Boutin, laborantin, a un rôle essentiel en amont du chantier : il réalise les tests de portance qui permettent de définir la structure de chaussée à réaliser. La portance correspond à la capacité d’un sol à supporter une charge. « Nous avons déterminé 6 niveaux de structure, selon le niveau de portance nécessaire, détaille l’agent du Laboratoire départemental d’Analyses. Pour faire simple, sur certaines parties, seuls des vélos circuleront, on part donc sur une portance basse ; par contre, sur d’autres parties, il pourra y avoir le passage d’engins agricoles. C’est le cas par exemple ici, entre Givry et Ambly-Fleury. On part donc sur une portance élevée, qui nécessite plusieurs couches. »

Les travaux se poursuivront ainsi sur les différents secteurs jusqu’en mars 2023.

Zoom sur… les différentes couches sous le bitume

En tant que cycliste, joggeur ou simplement flâneur, emprunter la Voie verte est très agréable : le revêtement doux en enrobé plaît autant aux pieds qui foulent le sol qu’aux roues des vélos qui glissent sans difficulté. Mais qu’est-ce qui se cache sous cette première couche visible, composée d’enrobé et de peinture blanche ? 
Selon la portance nécessaire de la structure, déterminée en amont par le laborantin, il peut y avoir plus ou moins de couches. Dans les situations nécessitant une portance élevée (passage d’engins lourds), il peut y avoir jusqu’à 7 couches superposées  :

  • La terre (le sol naturel)
  • Une couche de géotextile (matériaux indéchirable, imputrescible, perméable et drainant)
  • Une couche de pierres de grand diamètre (grave 40-150)
  • Une couche de géotextile
  • Une couche de cailloux petit diamètre
  • Une couche d’enduit de protection 
  • Une couche d’enrobé

 

https://www.ardennes.com/

Agence de développement touristique

http://www.mescoursesenardennes.fr

Mes Courses en Ardennes

https://laboratoire.cd08.fr/

Laboratoire Départemental d'Analyses

Laboratoire Départemental d'Analyses
https://www.guerreetpaix.fr

Musée Guerre et Paix en Ardennes

Musée Guerre et Paix en Ardennes
https://bda.cd08.fr/

La Bibliothèque Départementale

https://archives.cd08.fr/

Les archives départementales