Ardennes magazine : pause lecture #4

Avec le contexte lié au coronavirus, votre magazine sera distribué dans votre boîte aux lettres dès que possible. Néanmoins, et parce que cette période semble propice à la lecture, nous vous invitons à le découvrir chaque jour… Aujourd'hui, zoom sur l'engagement du Département dans la lutte contre les violences conjugales. A travers ses compétences, il assure prévention, accompagnement des victimes et protection des enfants.

#4 Mobilisé dans la lutte contre les violences conjugales  !

Le 11 décembre dernier, le Conseil départemental s’est mobilisé, aux côtés de la Préfecture des Ardennes, du Procureur de la République, de l’ARS, des hôpitaux, mais aussi des forces de l’ordre et du monde associatif, dans la mise en place d’un dispositif d’accueil des victimes de violences. Une convention partenariale, en réponse au Grenelle des violences conjugales, visant à faciliter la prise en charge des victimes a ainsi été signée. Première mesure concrète : elles peuvent déposer plainte directement au service des urgences des hôpitaux et être accompagnées dans cet acte.

 

Priorité à la prévention 

De plus, cette convention a permis de fédérer tous les acteurs publics concernés pour faciliter le travail en réseau, grâce à une identification des compétences de chacun. Comme c’est le cas pour les professionnels (conseillères conjugales, psychologues, sages-femmes...) qui interviennent dans les Centres de Planification d’Education Familiale (CPEF). En effet, dans le cadre de sa politique de Protection Maternelle et Infantile, le Conseil départemental organise et finance les 5 centres des Ardennes (Charleville-Mézières, Sedan,Revin,Rethel et Vouziers). Ces lieux d’écoute et d’échanges repèrent, accueillent et orientent des femmes qui subissent des violences physiques, psychologiques ou sexuelles.

Par ailleurs, la prévention auprès des jeunes est un axe majeur de lutte contre les violences, notamment celles sur mineurs. A travers leurs séances d’informations collectives dans les lieux d’accueil des jeunes (comme les établissements scolaires ou les missions locales), les conseillères conjugales des CPEF abordent les thèmes liés à la contraception et la sexualité mais également les notions d’égalité hommes-femmes, de consentement et de respect de l’autre. Une sensibilisation essentielle pour tous ces adultes en devenir.

De plus, le Département apporte son soutien aux associations qui, confrontées à la détresse des victimes, y répondent en développant une aide de proximité. Parmi elles : l’association Couples et familles ou encore le Centre d’Information sur le Droit des Femmes et des Familles, référente « violences conjugales » depuis plus de 10 ans sur le territoire.

+ D'INFOS : 

NUMÉRO NATIONAL : 3919

HTTPS://STOP-VIOLENCES- FEMMES.GOUV.FR

+ d'infos sur les CPEF ici

En consultation

PDF116.74 Ko

Ardennes magazine Printemps 2020 : Engagé dans la lutte contre les violences conjugales

Ardennes magazine Printemps 2020 - Pause lecture

Avec le contexte lié au coronavirus, votre magazine sera distribué dans votre boîte aux lettres dès que possible. Néanmoins, et parce que cette période semble propice à la lecture, nous vous invitons à le découvrir chaque jour…

Retrouvez la pause lecture #1 Devenez parrain de coeur !

Retrouvez la pause lecture #2 Vendéens et Ardennais unis contre l'oubli

Retrouvez la pause lecture #3 Collégiens et graines de champion !

 

 

En consultation

PDF290.29 Ko

25-03_le_gouvernement_mobilise_contre_les_violences_conjugales_et_familiales.pdf

Le contexte particulier de confinement, indispensable à l’endiguement de la pandémie de Covid-19, constitue malheureusement un terreau favorable aux violences conjugales et intrafamiliales: la promiscuité, les tensions, l’anxiété peuvent y concourir. Le Gouvernement y est particulièrement vigilant et pleinement mobilisé... 

Enfance en danger : composer le 119

Chacun est appeler à redoubler de vigilance pendant cette période,et à composer le 119 si l’on est témoin, même auditif, même dans le doute, de violence commise sur un enfant, quelle que soit sa nature. Cela vaut également pour les enfants et adolescents confrontés à une telle situation pour eux-mêmes ou pour un autre mineur en danger. 

+ d'informations via le Communiqué de presse du Gouvernement publié le 25 mars 2020