Emilien Mattenet sur la vague du succès

A quelques semaines des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, plongée dans le grand bain avec le nageur ardennais Emilien Mattenet.

Et si le futur Michael Phelps* était Ardennais ? C’est en tout cas ce qu’espère le talentueux Emilien Mattenet, 19 ans. Soutenu par le Conseil départemental depuis 2016 (lire encadré), le nageur du Charleville-Mézières Natation (CMN) met tout en oeuvre pour atteindre ce niveau. L’athlète carolo baigne dans le milieu aquatique depuis l’âge de 4 ans et tient toujours sa ligne depuis.

Dans le bassin de la polyvalence

Au fil des saisons, Emilien Mattenet a ainsi fait du 400 mètres 4 nages (papillon, dos, brasse, crawl) sa spécialité.

"Ce n’est pas moi qui ai choisi ma spécialité, c’est elle qui m’a choisi !" 

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le pari est réussi puisqu’il a décroché, le 13 décembre 2020, son premier titre de Champion de France Elite en bassin de 50 mètres. Celui qui a également été titré deux fois champion de France Elite en bassin de 25 mètres (2017 et 2019) se confie : "Ce que j’adore dans cette discipline, c’est la polyvalence demandée. Il faut être bon partout et ça change tout le temps, donc c’est top ! On ne s’ennuie jamais !"

Le sportif peut même continuer à voir plus loin comme en attestent ses résultats obtenus lors des championnats de France Elite en bassin de 50 mètres [ndlr : il a atteint la finale lors de ses quatre participations]. Une longueur sur laquelle l’adaptation est pourtant plus compliquée du fait de l’absence de grand bassin dans les Ardennes. Un écueil que son entraîneur Sébastien Remy transforme en source de motivation : "Ce qui est intéressant, c’est qu’il a encore une bonne marge de progression, notamment sur 50 m car il s’entraîne au quotidien dans une piscine de 25 m. Pour l’aider à s’améliorer en grand bassin, nous nous exilons en France ou en Espagne toutes les cinq semaines pour effectuer une semaine de stage."

Sur le plot de départ toute la semaine

En dehors de ces temps forts, l’athlète est capable de supporter de lourdes séances d’entraînement en nageant, durant les grosses périodes de travail, jusqu’à 70 km par semaine. Preuve que ce sport est dur et exigeant, trois séances hebdomadaires de physique (musculation, footing, renforcement) viennent même compléter le tout. "C’est sûr qu’il faut être prêt à affronter de telles charges d’entraînement mais lorsqu’on aime ce sport, on s’habitue à ce rythme intensif."

Une dynamique confirmée par son coach.

"Emilien a tout ce qu’il faut pour atteindre le très haut niveau." Sébastien Remy, son entraîneur.

"A lui de continuer sur cette lancée pour atteindre ses objectifs." A côté de tous ces entraînements, le sportif n’a pas le temps de chômer puisqu’il suit une formation pour devenir entraîneur de natation. Plusieurs fois par semaine, il assiste donc à des cours à Charleville-Mézières ou en visio-conférence avec un tuteur basé à Mulhouse pour obtenir son diplôme. Et, ainsi, pouvoir transmettre sa passion aux générations futures.

Les Jeux au bout de la ligne

Si le sportif carolo manque de compétitions et de repères dans l’eau à cause d’une saison chamboulée, il n’en reste pas moins ambitieux. "La dernière compétition remonte à mars ! C’est difficile de s’entraîner sans pouvoir se juger, mais c’est comme cela, nous devons nous adapter. Heureusement, les compétitions internes nous aident à garder le rythme." Et cela a porté ses fruits puisque puisque l’Ardennais ne manque pas d’objectifs. A très court terme, son but est de réaliser de bonnes performances lors des championnats d’Europe en bassin de 50 m (qui ont lieu du 10 au 23 mai à Budapest). Cependant, cette compétition n'est qu'une étape vers les championnats de France en grand bassin (qui vont se dérouler à Chartres à partir du 15 juin prochain). Seul un bon temps lors de cette compétition lui permettra de se qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo. Quoiqu'il en soit, le nageur du CMN, qui fait partie du collectif "Olympique 2024" mis en place par la Fédération Française de Natation, voit déjà plus loin en faisant des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 un objectif ultime. 

"Participer à des JO à deux heures de la maison permettrait à ma famille et à mes amis de venir m’encourager ce qui est tout de même assez motivant. Ce serait un rêve incroyable !"

 

*Phelps est le nageur le plus médaillé aux Jeux Olympiques de tous les temps.

Le CD08 soutient le haut niveau

Accompagner les athlètes qui valorisent l’image des Ardennes est une volonté forte du Département. Pour cela, le CD08 accompagne les Ardennais qui sont inscrits sur les listes ministérielles des sportifs de haut niveau. 10 athlètes ont ainsi bénéficié de ce soutien l’an dernier : Franck Kiefer (tir sportif), Myshaal Sabhi (tennis de table), Flavie Bodin, Agathe Mille et Mathys Moutarde (athlétisme), Jules Cymbert (judo), Etienne Hubert (canoë kayak), Eddie Potdevin (paracanoë), Céline Gerny (équitation handisport), Emilien Mattenet (natation). Cette politique sportive s’inscrit dans l’engagement du Département auprès des champions ardennais candidats aux prochains Jeux Olympiques. D’ailleurs, l’obtention du label "Terre de Jeux 2024" a récompensé ce dynamisme.

https://www.ardennes.com/

Agence de développement touristique

http://www.mescoursesenardennes.fr

Mes Courses en Ardennes

https://laboratoire.cd08.fr/

Laboratoire Départemental d'Analyses

Laboratoire Départemental d'Analyses
https://www.guerreetpaix.fr

Musée Guerre et Paix en Ardennes

Musée Guerre et Paix en Ardennes
https://bda.cd08.fr/

La Bibliothèque Départementale

https://archives.cd08.fr/

Les archives départementales